Corporate 12/01/2017

Les marchés financiers en 2017 : point de vue d'un assureur

Avec 80 milliards d’EUR d’actifs financiers, AG Insurance est le plus grand investisseur institutionnel de Belgique. Comment voit-elle les marchés financiers évoluer en 2017 ? Quel sera l’impact sur la gestion de ses actifs ? Quelles alternatives voit-elle aux traditionnelles obligations d'Etat ? Et quelles performances a-t-elle enregistrées ces dernières années ? Wim Vermeir, CIO, et Filip Corten, Senior Strategist, ont répondu à ces questions lors dune conférence de presse ce 12 janvier. En voici les principaux enseignements.


Situation macroéconomique


​- La croissance mondiale devrait s’accélérer. Toutes les régions caractérisées par une dynamique plus solide.

- Les États-Unis font bonne figure : tant les consommateurs que les entreprises contribuent à la croissance.

- Donald Trump pourrait avoir une influence légèrement positive sur la croissance, mais des déficits budgétaires pourraient entraver la mise en œuvre de ses mesures politiques.

- L’économie de la zone euro s’en sort plutôt bien. La reprise devrait se poursuivre grâce au regain de confiance des consommateurs et des entreprises. Toutefois, les pays de la périphérie ont encore pas mal de retard à combler.

- Avec le relèvement de taux décidé par la FED et le début du ‘tapering’ par la BCE, les banques centrales adoptent une approche plus volontariste pour lutter contre l’inflation (‘hawkish’).

- L’inflation progresse modestement et devrait poursuivre dans cette voie grâce à la hausse du prix du pétrole, particulièrement en euros.



Classes d’actifs


​- Après avoir atteint un plancher, les taux d’intérêt ont commencé à remonter, profitant d’une croissance économique décente, de l’inflation et du ‘tapering’. Dans notre scénario de base, nous tablons sur une hausse de taux limitée à 0,65 %.

- La hausse des taux se traduit par des rendements négatifs pour les obligations souveraines de la zone euro. 

- Les spreads des obligations d’entreprise de la zone euro sont relativement faibles, ce qui limite le potentiel haussier dans la mesure où une nouvelle contraction de spread est peu probable. Néanmoins, les rendements pourraient être légèrement positifs. Les obligations high yield sont chères.

- Les obligations d’entreprises émergentes présentent un certain potentiel, mais nous privilégions les obligations d’entreprises américaines, généralement moins volatiles. 

- Les actions de la zone euro pourraient signer de bons résultats : leur évaluation n’est pas excessive et les bénéfices des entreprises se portent mieux. Les actions américaines sont chères et nous n’y voyons pas réellement d’avantage. Les actions émergentes sont bon marché et devraient enregistrer de bonnes performances à mesure que la hausse des bénéfices se concrétise.



Portefeuille d’investissement


- AG Insurance est le premier investisseur institutionnel de Belgique, avec 80 milliards d’euros d’Actifs sous gestion (73 milliards d’euros en branche 21 et 7 en branche 23).

- Dans un environnement de marché caractérisé par de faibles rendements et une forte volatilité, nous nous focalisons sur la prime d’illiquidité dans des emprunts directs défensifs : prêts ‘infra’, prêts souverains et prêts hypothécaires. 

Visuels
  • vermeir.w (1)