Corporate 18/06/2019

Mobilité et écologie : les Belges sont pétris de bonnes intentions

La mobilité et l'écologie sont deux thèmes incontournables en cette période post-électorale. Mais comment les Belges se positionnent-ils par rapport à ces thèmes ? Se déplacent-ils de manière écologique ? Envisagent-ils d'adapter leurs habitudes en matière de mobilité à la prise de conscience croissante des questions climatiques ? Une étude menée par AG Insurance, avec le soutien de Touring*, montre que la voiture reste le moyen de transport le plus populaire et ne risque pas d'être détrônée de sitôt. La volonté de se déplacer de manière plus écologique ne fait toutefois aucun doute : 1 Belge sur 3 envisage d'acheter une voiture plus verte dans les 3 années à venir, 1 sur 4 de se déplacer plus régulièrement à vélo et 1 sur 5 d'utiliser plus souvent les transports en commun.  
 

Soutien en faveur d'une mobilité peu énergivore

Le Belge moyen attache beaucoup d'importance au thème de la mobilité à faible consommation énergétique, cela ne fait aucun doute. Plus de 3 Belges sur 4 (77 %) estiment qu'une mobilité peu énergivore est un thème important voire très important. 3 % à peine n'y attachent aucune importance. L'adoption de mesures politiques pour progresser dans ce domaine bénéficierait par ailleurs d'un large soutien au sein de la population. 70 % de la population se sent concerné par l’environnement : 7 Belges sur 10 se considèrent comme des amis de la nature et ils sont autant à penser que les gouvernements (70 %) et les entreprises (72 %) ne font pas assez d'efforts dans ce domaine.
 

L'écologie devient un critère d'achat pour la voiture 

Pour autant, les Belges comptent encore et toujours essentiellement sur leur voiture pour leurs déplacements. 88 % des ménages disposent d'une voiture et 30 % en ont au moins deux (cf. graphique 1). D'autre part, l'enquête montre que la voiture conserve une image forte. À peine 10 % des sondés estiment que la voiture est dépassée. Une majorité des Belges (57 %) reconnaît le caractère polluant de la voiture, mais ils sont encore plus nombreux (62 %) à la considérer comme nécessaire (contre 13 % qui pensent le contraire). 
À l'heure actuelle, les voitures écologiques restent rares  seuls 3 % des ménages disposent d'un véhicule électrique ou hybride, tandis que le LPG représente 1 % du parc automobile. Les moteurs à essence (50 %) et diesel (46%) se partagent la plus grande part du gâteau.


Graphique 1 - possession des moyens de transport au sein des ménages belges

On constate toutefois une évolution (cf. graphique 2) : 14 % des ménages affirment avoir acheté une voiture plus écologique ces dernières années. Et - peut-être plus important encore - 1 ménage sur 3 (34 %) a l'intention d'acquérir une voiture plus écologique ou plus propre dans les 3 années à venir. 

D'autre part, ces chiffres indiquent également que de nombreux Belges se montrent encore hésitants à l'égard de ces véhicules électriques ou hybrides.  Les principales raisons évoquées sont le prix plus élevé (40 %) et les limites au niveau de l'autonomie et du réseau de bornes de chargement (21 – 22 %).
 

Le vélo, la solution alternative la plus populaire

Un peu plus d'un ménage sur 2 (53 %) possède au moins 1 bicyclette, et 1 ménage sur 7 (14 %) dispose d'un vélo électrique. La grande majorité des détenteurs de vélo (soit 46 % des Belges) affirme déjà utiliser plus souvent le deux-roues pour leurs trajets domicile-lieu de travail ou pour leurs déplacements privés, ou compte le faire dans les trois années à venir. La bicyclette est donc le premier choix en remplacement de la voiture. 
 

Transports en commun : oui si… 

Prendre plus souvent le train, le tram ou le bus... de nombreux Belges ont déjà adopté cette mesure, tant pour leurs trajets privés (31 %) que pour leurs déplacements entre leur domicile et leur lieu de travail (24 %). Le potentiel de croissance pour les années à venir reste toutefois limité à 1 Belge sur 5 (19 %), bien que les jeunes (35 %) soient plus enclins à l'envisager. Toutefois, pour la moitié de la population, les transports en commun ne constituent pas une solution alternative valable sous leur forme actuelle.


Graphique 2 – Quelles mesures écologiques avez-vous déjà mises en œuvre / comptez-vous mettre en œuvre (en %) ?

Pourtant, on constate beaucoup de bonne volonté à l'égard des transports publics : 2 Belges sur 3 affirment qu'ils laisseraient plus souvent leur voiture au garage si le train, le tram, bus étaient plus accessibles (66 %), plus ponctuels (61 %) et meilleur marché (60 %). Des investissements dans les transports en commun pourraient donc exercer une forte influence sur le comportement des Belges et favoriser une transition vers une mobilité plus écologique.
 

Une minorité seulement séduite par la mobilité partagée

Faire du covoiturage avec des collègues pour se rendre au travail est une troisième possibilité alternative, qui a déjà séduit 15 % des Belges, tandis que 18 % ont l'intention de s'y mettre dans les 3 années à venir. Actuellement, les systèmes de partage de voitures et de vélos restent encore peu prisés (6 à 7 %), mais une frange plus importante de la population belge (15 )% entend y recourir plus souvent à l'avenir. Bien que ces chiffres ne laissent entrapercevoir qu'un potentiel limité, il est encourageant de constater que les jeunes se montrent ouverts à l'idée : 46 % des 18-24 ans et 30 % des 25-34 ans y sont favorables. 
 

Edwin Klaps, Directeur Non-life & Broker channel :
« La prise de conscience croissante à l'égard des questions climatiques se reflète très clairement dans la vision des Belges en matière de mobilité. La population attache de plus en plus d'importance à des déplacements respectueux de l'environnement et près de la moitié des Belges ont déjà adapté leurs habitudes ou ont l'intention de le faire à court terme. En tant qu'assureur, nous répondons à ce besoin en proposant des couvertures adaptées pour les moyens de transport alternatifs. Songez par exemple à notre Top Vélo, au Pack Omnimobility et à nos solutions pour les voitures partagées. Ces couvertures offrent davantage de sécurité aux personnes qui optent pour ces modes de déplacement, ce qui en stimule l'utilisation. »

 

Lorenzo Stefani, porte-parole de Touring:
« Les solutions de mobilité durables sont une priorité pour Touring. Il est important de proposer aux consommateurs des solutions alternatives abordables et qui les inciteraient à laisser de temps en temps la voiture. D'autre part, ces alternatives devraient également être facilement " accessibles " et conviviales. C'est pourquoi nous avons développé, par exemple, l'application MaaS qui permet aux gens de réserver et de payer les moyens de transport qui leur conviennent le mieux et qui s'adaptent parfaitement à leur situation, que ce soit un vélo ou une voiture de location, un taxi ou un transport public. »



 

* Cette enquête mobilité est une initiative commune de AG Insurance et Touring. Elle cadre dans le partenariat stratégique que ces 2 organisations ont conclu récemment avec BNP Paribas Fortis. Avec ce projet commun, les 3 partenaires unissent leurs forces pour développer de nouvelles solutions en matière de mobilité, de prévention et d’assistance. Plus d’info.
 

À propos de l'enquête

  • Enquête en ligne pour le compte d'AG Insurance, menée par InSites Consulting, entre le 10 et le 17 janvier 2019 auprès de 1.514 personnes, dont un peu plus de la moitié (786) professionnellement actives. Les résultats sont représentatifs de l'ensemble de la population.

  • L'étude vise à donner une image plus précise de la situation actuelle des Belges en matière de mobilité et de leurs comportements et sentiments, mais aussi à mieux comprendre les évolutions et les changements au niveau des besoins de la population en termes de mobilité.

  • La première partie s'attardait sur les résultats liés aux déplacements domicile-lieu de travail. Dans ce deuxième volet, nous nous penchons sur le comportement et la vision d'avenir des Belges en matière de mobilité et d'environnement. 
     

 

Documents à télécharger
Visuels
  • auto-electric-alternative-jpg