Prévention 12/11/2015

Un jour sans... idées reçues sur les cambriolages

La seconde édition de l’opération « 1 jour sans » qui se déroule ce 13 novembre est l’occasion de revenir sur quelques idées reçues en matière de cambriolage dans les habitations.



Chaque jour, 200 Belges sont confrontés à un cambriolage. Pourtant, il est possible de rendre son environnement de vie plus sûr. A condition de se poser les bonnes questions car les idées reçues sont encore nombreuses. En voici trois qui reviennent très souvent :




« Le nombre de cambriolages est en baisse en Belgique »


C’est vrai qu’on constate une légère baisse des vols depuis le deuxième semestre 2014 (71.992 cambriolages en 2014 contre 75.443 en 2013) mais le vrai problème est le montant des préjudices qui augmente. « On recense aujourd’hui de plus en plus de gros sinistres vol », explique Pascal Dandois, Responsable Inspecteurs Home Sud chez AG Insurance. « Il n’est pas rare que le préjudice s’élève à 10-15.000 EUR et on constate que les gens ont souvent de grosses sommes d’argent liquide chez eux. Une première mesure serait clairement de ne pas garder cet argent chez soi. »



« Les cambriolages ont lieu quand les nuits sont plus longues »


C’est une erreur de lier les cambriolages à la nuit. On compte plus de cambriolages en journée lorsque les occupants ne sont pas présents. Le risque de cambriolage est aussi élevé l'après-midi qu’en deuxième partie de nuit. Il faut garder en tête que les déplacements des cambrioleurs en journée sont beaucoup plus faciles que dans le noir ! Quant aux techniques utilisées, elles sont souvent identiques : un repérage lorsque c’est possible ou un coup de téléphone pour vérifier si les occupants sont bien absents et une très grande rapidité d’exécution.



« On ne peut rien faire contre les vols. C’est une question de malchance »


Contrairement à ce qu’on peut imaginer, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne au niveau des cambriolages. « La fréquence des cambriolages peut aller du simple au triple suivant l’endroit où l’on habite », explique Bernard Defraene, Responsable Développement produits Home chez AG Insurance, qui épingle le type d’immeuble et certaines zones géographiques posant plus de problèmes :
« Au niveau du type d’immeubles, on épinglera clairement les maisons 4 façades et les immeubles à appartements. Pour les premières, l’effraction par l’arrière est très fréquente, pour les autres, ce sont avant tout les allées et venues pas toujours bien contrôlées qui rendent plus facile le fait de pénétrer dans les appartements. »
Au niveau géographique, il faut être très attentif dans certaines zones de campagne dites riches ou proches d’une autoroute.
« De nombreux cambriolages sont le fait de bandes organisées en provenance de l'étranger. Où que l’on soit en Belgique, il faut moins d’une heure pour quitter le pays. Toutefois, les zones frontalières restent très à risque. Je pense plus particulièrement à la frontière française, et ce jusqu’en Gaume. »


L’opération « 1 jour sans » de ce 13 novembre sera également l’occasion de sensibiliser le grand public à la prévention en matière de vol en habitation. On retrouvera ainsi quelques conseils de prévention simples et utiles sur le site de AG Insurance et les initiatives prises par le public dans le cadre de l’opération « 1 jour sans » sur le site dédié.

Visuels
  • 235x120_vol